Lullaby


Run in the night Dance on the roofs & Grab the stars


mercredi 22 juin 2016

Récolte



 Ame. 
Parfois c'est compliqué de sentir une chose à l'intérieur et d'en être une autre à l'extérieur.


Parfois c'est aussi pas facile d'assumer d'être une femme.



Récolte de fin d'année, formation énergies subtiles, deuxième. 

-->
Cette année,
Avec le soutien du corps astral que j’aime tant, sa fluidité, sa magie, ses mondes chamaniques, qui me donnent la permission de vivre mes mondes intérieurs, sa danse, une autre permission de prendre ma place et mon espace, ses émotions intenses, encore une permission pour moi, de pouvoir crier et pleurer fort. Les émotions sont pour moi des repères,  ce sont mes balises dans les mondes subtiles et non subtiles;  avec la respiration et sa puissance, le son sécurisant qu’elle produit, son rythme, j’ai mon baromètre d’intensité.

Et surtout, avec tout l’Amour reçu,
J’ai pu vivre certainement une de mes leçons de vie les plus difficiles :
Le détachement.

Comment tisser des relations saines ?

Faire un pas de plus vers moi, dans cette année sur la relation à l’autre, c’était d’abord apprendre à me détacher de tous les liens disfonctionnels tout en gardant l’amour.

Etre profondément nourrie et avoir reçu assez d’amour pour quitter ce qui n’en est plus. 
 Se donner de l’amour à soi, c’est prendre le risque de ne pas toujours être aimée par les autres. Accepter de ne pas pouvoir tout garder,  et devoir lacher.
 Faire de la place pour qu’autre chose puisse venir et vivre le moment entre les deux. 
Souffrance du vide et solitude. Peur. 
Détachement.

Vivre des cycles de transformation encore et encore, aimer le chaos. 

Et en même temps, j’ai découvert ma féminité, ma sexualité, mes hanches, ma puissance, mon coeur, ma douceur, ma vulnérabilité, ma sagesse, ma différence, la communauté, la solitude, mon lien avec la nature, ma place, l’amitié.

La différence entre moi et l’autre, entre mes émotions et les siennes. Quitter l’empathie complètement tournée vers l’extérieur pour donner de la place à mes propres sentiments, et découvrir par là pleins d’autres facettes de moi.

Rectifier l’image que j’ai de moi, parfois avoir l’impression que vraiment, je n’avais jamais bien regardé dans le mirroir. En rire. Joie. 
Pouvoir sentir ma stabilité, un fond de bonheur toujours présent quoiqu’il arrive.

La joie de dépasser mes limites, et la peur aussi. 
Oser être différente, braver ma peur de paraître “anormale”. 
Faire des erreurs aussi, j’apprends.

Encore se perdre, surtout dans l’astral, souvent trouvé plus beau que la réalité.

Avoir un lieu où je me sens bien, un espace qui n’est qu’a moi. Sentir mon énergie. 
Commencer à se trouver. Enfin. 
Quelques files qui commencent à se tisser, encore délicats, comme de la dentelle. 
Pouvoir s’appuyer sur soi.


Très doucement, quelque chose d’autre survient. Vivre pour la premiere fois des relations d’amitiés conscientes. Pouvoir partager le silence ensemble. Méditer ensemble. Créer ensemble. Donner et recevoir des soins, de la guérison, dans les deux sens. Se soutenir l’un l’autre. Ne plus avoir besoin d’un cadre pour que cela se passe.

Passer d’un mode relationnel de 3eme chakra à doucement, une relation de chakras du coeur. Quelque chose de complètement libre, rempli d’amour et aussi très fort et vulnérable. Se sentir vue.

Incroyable que cela n’existe pas que dans mes rêves ou dans les cours. Retrouver la beauté de l’astral dans la réalité.

Oser me montrer. Enfin vivre ce qui était un besoin depuis toujours.   
Complicité de regards dans le silence d’un partage de repas en pleine conscience. 
Un énorme poid s’ôte de mes épaules.  
Une nouvelle manière d’entrer en relation, très doucement, apparait.

Pouvoir vivre la sagesse, ici.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire